De plus, en se fondant sur le fait que le seul troubadour présent dans les chartes au même endroit qu'Aliénor est Arnaut-Guilhem de Marsan, coseigneur de Marsan lors d'un plaid tenu à Bordeaux, l'existence même de ces cours poétiques est remise en cause[62]. Belle et séduisante, un sourire charmeur, un doux regard, des manières nobles, l’esprit vif et cultivé, elle aime les fêtes et les fleurs. Son père meurt à trente-huit ans (1137), le Vendredi saint au cours d'un pèlerinage vers Saint-Jacques-de-Compostelle. (Elle lui apporte en dot le duché d’Aquitaine). Une «légende noire » s'est tout d'abord constituée autour d'Aliénor d'Aquitaine avant sa réhabilitation par les historiens. Ses ancêtres sont bien identifiés comme le montre le tableau ci-dessous. Elle apprend le latin, la musique et la littérature, mais aussi l'équitation et la chasse. Elle avait onze enfants avec son mari, Alphonse VIII de Castille, et beaucoup d'entre eux avaient de nombreux descendants. Deux filles sont nées du mariage avec Louis VII : Durant toute cette période, l'analyse des chartes montre une assez faible implication d'Aliénor dans le gouvernement : elle est là pour légitimer les actes[20]. Celle-ci est difficile à démontrer selon l'historien Edmond-René Labande[17]. Très belle[16], d'esprit libre et enjoué, Aliénor déplaît à la cour de France. En 1162, à sa demande, commencent les travaux d'une nouvelle cathédrale à Poitiers[72]. En venant récemment dans le Maine-et-Loire, l’Américaine Katherine Loflin a révélé qu’elle était la 21e descendante d’Aliénor d’Aquitaine. En 1137, son père meurt et elle est mariée à l’héritier du trône de France, au futur Louis VII. Deux versions sur la conclusion de ces noces sont possibles : soit, craignant que sa fille soit enlevée (et épousée) par un de ses vassaux ou de ses voisins, le duc Guillaume avait proposé à son suzerain le roi de France, avant de mourir, d'unir leurs héritiers, soit le roi fait jouer la tutelle féodale que le suzerain détient sur l'orpheline héritière d'un de ses vassaux, et la marie à son fils[11] (situation qui rappelle le « mariage oblique » décrit par les ethnologues)[12],[7]. Aliénor d’Aquitaine est la fille de Guillaume X, duc d’Aquitaine et d’Aénor de Châtellerault. Ce faisant, c'est elle qui décide de la rupture du mariage, chose impensable dans l'univers mental masculin d'alors : c'est pratiquement elle qui répudie son mari. Elle fuit l'abbaye pour se réfugier à Poitiers, mais ne peut y parvenir et s'abrite à Mirebeau, y est assiégée par le duc de Bretagne du 15 juillet[92] au 1er août, avant d'être délivrée par son fils Jean[93]. Aliénor d'Aquitaine est la fille aînée de Guillaume X de Poitiers, duc d’Aquitaine.Aliénor, « l'autre Aénor » en langue d'oc, est ainsi nommée en référence à sa mère Aénor. Enfin, le prestige du couple est tel qu'il est présent dans la littérature contemporaine : dans les années 1150, un trouvère anonyme, originaire de l'Angoumois, refait la geste de Girart de Roussillon, en glissant plusieurs allusions à Aliénor d'Aquitaine[66]. John Benton a pris soin de dépouiller tous les documents diplomatiques où il est fait mention de Marie : aucun ne permet d'établir qu'elle soit venue résider en Poitou au temps où la reine duchesse y vivait triomphante. « Je suis la descendante d'Aliénor d'Aquitaine » En venant récemment à Fontevraud, l'Américaine Katherine Loflin a révélé qu'elle était la 21e descendante d'Aliénor. Le contexte de la croisade aggrave encore la sensibilité à ce qui touche la sexualité : Jean Flori note que, en arrière-plan, la sexualité au cours de la croisade, même légale, était déjà jugée de façon défavorable : sans évoquer Aliénor, plusieurs contemporains attribuent l'échec de la deuxième croisade aux fautes morales des croisés. Après un arrêt dû à une maladie d'Aliénor[23], ils remontent ensuite vers la France. La Saga Aliénor d'Aquitaine - Reine de France - Amaury Venault Ce tome deux raconte la vie d'Aliénor d'Aquitaine de son mariage avec Louis VII, roi de France en 1137 à son départ pour la croisade en 1147. Aliénor est couronnée reine des Francs à Noël 1137 à Bourges (son époux avait déjà été sacré du vivant de son père, à l'âge de neuf ans, mais il est couronné sous le nom de Louis VII). Le but est ici politique : mettre en valeur la vertueuse dynastie capétienne et justifier sa suprématie sur un lignage Plantagenêt immoral[42]. Des soupçons naissent sur la nature de leurs relations et une dispute éclate entre Louis VII et Aliénor. Duchesse d'Aquitaine et comtesse de Poitiers, elle occupe une place centrale dans les relations entre les royaumes de France et d'Angleterre au XIIe siècle : elle épouse successivement le roi de France Louis VII (1137), puis Henri Plantagenêt (1152), futur roi d'Angleterre Henri II, renversant ainsi le rapport des forces en apportant ses terres à l'un puis à l'autre des deux souverains. Pétronille d'Aquitaine [1], née en 1125, morte vers 1152, fille de Guillaume X, duc d’Aquitaine et d'Aénor de Châtellerault.Elle est la sœur d'Aliénor d'Aquitaine, qui fut successivement Reine de … La représentation d'Aliénor d'Aquitaine sur le mur de la chapelle Sainte-Radegonde de Chinon est sujette à caution : il pourrait s'agir en fait de son fils Henri le Jeune couronné du vivant de son père ce qui lui permettait de porter couronne et manteau de vair. Elle n'y parvient qu'un temps : en mars 1193, il cède le Vexin à Philippe Auguste : aussitôt, elle l'assiège avec tous les barons anglo-normands (dont Guillaume le Maréchal) à Windsor[83]. De même, en 1184, Henri le Lion et son épouse Mathilde d'Angleterre intercèdent auprès d'Henri II, et la captivité d'Aliénor s'adoucit. Mais rapidement, c'est Henri II qui prend les décisions ; cinq grossesses les sept premières années la tiennent peut-être à distance. À compter de son premier mariage (pendant lequel elle a participé à la deuxième croisade), elle joue un rôle politique important dans l'Europe médiévale. Robin des Bois de Ridley Scott, en 2010, avec Eileen Atkins dans le rôle d'Aliénor d'Aquitaine. Elle accorde une charte de commune à Poitiers, et modernise la ville : construction de halles, d'une enceinte nouvelle, agrandissement de son palais, etc. Le Lion en hiver d'Anthony Harvey, en 1968, avec Katharine Hepburn dans le rôle d'Aliénor d'Aquitaine. ALIÉNOR D’AQUITAINE sous la direction de Martin AURELL, 303, Arts, Recherches et Créations, hors série n° 81, 2004.. AURELL Martin, L’Empire des Plantagenêt 1154-1224, Paris, Éditions Perrin, 2003. S'inspirant des conventions maritimes qui existaient déjà en Méditerranée orientale, Aliénor jette les bases d'un droit maritime avec la promulgation en 1160 des Rôles d'Oléron lesquels sont à l'origine de la loi actuelle de l'Amirauté britannique, et du droit maritime moderne. Elle aborde à Palerme, puis rejoint Louis VII en Calabre, où il a débarqué le 29 juillet. La nef d'Aliénor est prise dans une bataille navale entre Roger II de Sicile et l'empereur Manuel Comnène : elle tombe aux mains des Byzantins, avant d'être aussitôt délivrée par les Normands de Sicile[22]. Enfin, en janvier 1200, elle est en Castille où elle doit ramener une épouse pour l'héritier du trône de France : elle préfère Blanche de Castille, parmi ses deux petites-filles. Elle meurt à Poitiers le 31 mars 1204. Il est fort probable qu'elle ait déjà eu en tête à Antioche de se séparer de Louis VII. Aliénor est couronné… Aliénor espère reprendre le pouvoir à Henri II, mais, lors d'un voyage, elle est capturée et Richard finit par rallier son père. En Allemagne, la beauté de la reine Aliénor d'Aquitaine est chantée dans Carmina Burana[54]: «Si tout l'univers était à moiDepuis l'Océan jusqu'au RhinJ'y renoncerais avec joiePour pouvoir tenir dans mes brasLa reine d'Angleterre»[55]. Dans cet épisode des prodigieuses, je vous parle d'Aliénor d'Aquitaine. Le prénom devient Éléanor ou Élléonore (Eleanor ou Ellinor dans les graphies de l'époque) en langue d'oïl ou en anglo-normand[8]. Lors de cette période de retraite monastique entrecoupée de sorties dans le monde, son autonomie de gouvernement n'est en rien limitée. (en) Eleanor of Aquitaine, Alison Weir, 1999, the Ballantine Publishing Group. Aussitôt, elle rentre à Poitiers et manque d'être enlevée deux fois en route par des nobles qui convoitent la main du plus beau parti de France : le comte Thibaud V de Blois et Geoffroi Plantagenêt[51]. Après la mort d'Henri II, le 6 juillet 1189, elle est libérée par ordre du nouveau roi, son fils Richard Cœur de Lion. Enfin, le mariage est annulé le 21 mars 1152 par le second concile de Beaugency, en l'église Notre-Dame de l'abbaye de Beaugency, pour motif de consanguinité[25] aux 4e et 5e degrés (à strictement parler le divorce[26] n'existe pas à l'époque). Elle devient l'héritière du duché d'Aquitaine à la mort de son frère Guillaume Aigret, en 1130[10]. Profondément marqué par le drame de Vitry-en-Perthois et la sanction papale qui touche le royaume, Louis VII, à qui la jeune reine vient de donner une fille, annonce à Bourges, lors d'une assemblée tenue le 25 décembre 1145, qu'il participera à la deuxième croisade avec son épouse Aliénor. La dernière modification de cette page a été faite le 22 décembre 2020 à 22:14. Début 1152, le couple relève les garnisons royales présentes dans le duché d'Aquitaine[24]. Dès le mois de mai, Aliénor d’Aquitaine convole en secondes noces avec Henry Plantagenêt, duc de Normandie, comte d’Anjou, du Maine et de Touraine. L'éventuel fils aîné du couple serait titré roi de France et duc d'Aquitaine, car la fusion entre les deux domaines ne devait intervenir qu'à la génération suivante[14]. Richard épouse Bérangère à Limassol le 16 mai. Lors de son quatorzième anniversaire (1136), les seigneurs d'Aquitaine lui jurent fidélité. Elle se retire ensuite à Fontevraud. Jane Martindale retient 1122, dans « Eleanor, suo jure duchess of Aquitaine (c.1122–1204) », Marie-Aline de Mascureau, « Chronologie », primitivement publiée dans. La descendance légitime d’Henri II avec de gauche à droite : Guillaume, Henri le Jeune, Richard, Mathilde, Geoffroy, Aliénor, Jeanne et Jean. Il négocie le mariage d’Aliénor avec le futur Louis VII, qui devient roi le jour même de son mariage avec Aliénor en 1137. Eleanor, la reine de Castille, était le sixième enfant d'Aliénor d'Aquitaine dans son second mariage. Aliénor tente de rejoindre la cour de Louis VII à Paris mais est arrêtée auparavant par les soldats de son mari. Aliénor est horrifiée par l'assassinat de Thomas Becket dans sa cathédrale de Cantorbéry en Angleterre, en 1170[réf. Les historiens ont longtemps attribué à Aliénor d'Aquitaine un rôle important de mécène, notamment auprès des troubadours, ayant été formée à l'exemple de ses père et grand-père. Les événements d'Antioche, ramenés à l'importance d'un incident par l'historien Jean Flori, ont depuis presque neuf siècles suscité une abondante littérature : cette infidélité d'Aliénor (dont les historiens ne sont pas tous convaincus) a non seulement des conséquences graves sur l'histoire politique, mais son rapport par les chroniqueurs nous en apprend beaucoup sur les mentalités de l'époque, et cet épisode est devenu depuis un enjeu pour les historiens, toujours controversé[28]. Comme de coutume, les festivités de mariage durent plusieurs jours, au palais de l'Ombrière à Bordeaux, et se répètent tout au long du voyage vers Paris. Les époux sont couronnés ducs d'Aquitaine à la cathédrale Saint-Pierre de Poitiers (aujourd'hui remplacée par une cathédrale gothique) le 8 août[15]. Conformément aux dispositions légales, vous pouvez demander le retrait de votre nom et celui de vos enfants mineurs. L’écrivaine française Clara Dupont-Monod raconte la vie d’Aliénor d’Aquitaine, reine de France puis reine d’Angleterre, dans son nouveau roman. Louis VII souhaite engager son armée vers Jérusalem, mais Aliénor refuse de quitter son oncle et rappelle alors à son époux leur degré de consanguinité et qu'elle pourrait donc demander l'annulation de leur mariage. Dans ce cas, comme le fait remarquer Jean de Salisbury, l'accent doit être porté sur la demande de rupture formulée par la reine pour motif de consanguinité[47]. La blessure de Richard Cœur de Lion au siège du château de Châlus-Chabrol la tire de sa retraite. Parmi les chroniqueurs les mieux placés, Eudes de Deuil choisit d'arrêter son récit juste avant l'arrivée du couple royal à Antioche. L'échec de la conférence de Montmirail (6 janvier 1169), et la difficulté de maintenir sa domination sur un ensemble aussi vaste et hétérogène poussent Henri II à une réforme dynastique. Elle s'établit à Poitiers, y crée la Cour d'amour, dont quelques règles ont été rédigées par André le Chapelain (ou Andreas Capellanus) (voir plus bas). Le prénom devient Éléanor en langue d'oïl. BERNARD Katy, Les mots d’Aliénor, Aliénor d’Aquitaine et son siècle, Bordeaux, éditions confluences, 2015. Guillaume X duc d'Aquitaine ou Guillaume VIII comte de Poitou [1], dit le Toulousain ou le Saint, né en 1099 à Toulouse et mort le 9 avril 1137 à Saint-Jacques-de-Compostelle, Espagne, est le dernier des comtes de Poitiers de la dynastie des Ramnulfides.Il règne de 1126 à 1137, sous le nom de Guillaume VIII comme comte de Poitiers et sous celui de Guillaume X comme duc d’Aquitaine. Mais avant de mourir, il a demandé à son père, le roi Henri II d'Angleterre, de libérer sa mère. Tout au long de sa vie, elle jouera un rôle politique essentiel. Plus tard, en 1155, le Normand Benoît de Sainte-Maure ne la nomme pas, mais fait son éloge dans son Roman de Troie, manière de dédicace[67] ; de même, il chante les louanges du couple royal deux fois dans la Vie de saint Édouard[68]. Alors que Richard Cœur de Lion est parti pour la troisième croisade, elle va chercher Bérangère de Navarre et la conduit, en plein hiver, par les Alpes et l'Italie, jusqu'à Messine, où Richard s'apprête à appareiller pour la Terre sainte[82]. Cette fille unique du puissant duc d'Aquitaine ; Guillaume X, que son père avait confiée au roi de France Louis le Gros afin d'éviter, en l'absence d'héritier mâle, la dislocation du duché, devint reine de France à l'âge de quinze ans, ayant épousé, en 1137, l'héritier du trône, devenu, quelques jours plus tard, le roi Louis VII.. Ces déplacements incessants sont à peine freinés par la naissance d'autres enfants du Henri II et Aliénor d'Aquitaine, lettrine du Lancelot-Graal, vers 1275. Le 21 mars 1152, l'annulation du mariage fut prononcée lors du second concile de Beaugency. En 1152 elle se marie avec Henri II d'Angleterre, elle … Avec cette dame tumultueuse aux mille vies, on peut difficilement être plus dans le thème de la série. L'Arbre en Ligne utilise le logiciel Geneweb (version 7.0). Académie des inscriptions et belles-lettres (France). Jean Flori, qui a divisé la biographie de la reine en deux, traite ainsi de cet épisode dans la seconde, celle consacrée aux parties faisant l'objet de discussion. Cette enfant deviendra la mère de Saint Louis[87].